now loading

Une journée avec les United Borders

13 mai 2020

Il est 14 heures le mercredi 19 février. Justin Finlayson – fondateur de United Borders – attend avec impatience l’arrivée de ses jeunes à l’entrée de son bus transformé, avant leur départ pour la BBC. Cela fait plus de deux ans que ce londonien a décidé de quitter son ancien travail pour se consacrer à la création d’un bus d’enregistrement.

Son but : sortir les jeunes des quartiers nord de Londres de la délinquance, mais surtout des gangs afin de leur donner un meilleur avenir et leur permettre de s’introduire dans le monde de la musique. C’est avec un ami d’enfance que Justin a décidé un jour d’acheter un célèbre bus rouge londonien, de le repeindre et de le transformer en studio d’enregistrement sur roues. En effet, dans ces quartiers, les balles perdues et les vols à main armée sont plus fréquents qu’on ne le pense. Ces dernières années, les meurtres et les fusillades ont augmenté et ne cessent de se multiplier. 

« Quelqu’un a été tué devant la maison de ma mère. Un jeune homme, James, a été tué. Juste comme ça, pendant qu’il était dehors. C’était un bon garçon et il a été tué par un autre jeune. C’est vraiment triste de voir des gens si jeunes prendre de mauvaises décisions et faire des choses qui ont un impact énorme… et c’est là que j’ai décidé de faire quelque chose et de faire la différence, des deux côtés du conflit »,

confie le fondateur de United Borders. Dans ce bus, entièrement repeint en noir, tout le monde est le bienvenu tous les jours de la semaine et le week-end. Pas besoin d’abonnement, ce bus est comme une seconde maison pour ces jeunes. C’est dans une ambiance détendue que les jeunes arrivent petit à petit. Pour l’instant, c’est dans le bus pendant quelques heures, en écoutant différentes musiques, en composant sur leur ordinateur ou en se réfugiant à l’étage que le groupe de jeunes garçons passera une partie de l’après-midi. Mais aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres, car ils vont se produire devant les caméras de la BBC au siège de la BBC. Une aubaine pour les jeunes artistes en devenir. Il est 15h30 quand le bus part pour la BBC, et c’est après plus de 20 minutes de voyage que les jeunes arrivent et sont accueillis comme des rois, avec une loge fournie, des canapés, de la nourriture et des boissons à volonté. Il est plus de 17h30 et il est temps pour les jeunes rappeurs de se mettre en place devant le bus noir, qui a été amené à la BBC pour l’occasion. Pendant une dizaine de minutes, les jeunes de United Borders ont partagé un par un leur chanson. Leur performance sera diffusée en direct sur le BBC TV One Show, une émission à laquelle les jeunes ont la chance d’assister. C’est une source de fierté pour les jeunes qui ne se cachent pas de le montrer lorsque les caméras de la BBC les interviewent. Justin accueille actuellement dans son bus plusieurs dizaines de jeunes garçons, âgés de 17 à 22 ans, tous originaires du nord de Londres. Bien qu’aucune fille n’ait encore rejoint le groupe, Justin attend avec impatience l’arrivée d’autres jeunes pour renforcer son groupe avec la promesse d’un avenir plus stable que celui des gangs.

Une initiative remarquable qui devrait être saluée. Car en plus de les aider à créer leur propre musique, il essaie aussi de rassembler les jeunes de différents quartiers et calmer certaines tensions. J’ai été surprise par l’accueil des jeunes mais aussi de l’entraide qu’il y a entre eux. J’ai pu voir aussi que les jeunes ont une immense reconnaissance envers Justin à qui ils doivent beaucoup. C’est pour l’instant le seul à faire ça à Londres, mais j’espère réellement qu’il y aura d’autres initiatives de ce genre et surtout dans d’autres quartiers et d’autres villes où les jeunes sont dans les difficultés.

  • Leave a comment