now loading

Maude Cavat : Objectif, femme de guerre

4 mai 2020

De toute évidence cela fait des années que les conflits, les guerres et les zones à risque sont des sujets qui m’intéressent. Petite j’attendais avec impatience le moment de l’année où, en cours d’histoire, nous allions pouvoir parler de la Révolution, des différentes guerres et de la Résistance, mais ce n’est pas la raison pour laquelle je souhaite devenir reporter de guerre. Honnêtement je n’ai pas de raisons et d’explications particulières. C’est en 3ème que j’ai ressenti l’envie de devenir journaliste, et en terminale celle de devenir reporter. Après un bac professionnel je passe le concours de journalisme et intègre une école à Marseille en 2017.

Sortir de ma zone de confort

Là j’apprends énormément sur le métier de journaliste et l’envie de devenir reporter s’intensifie. Plusieurs professeurs m’ont demandé durant mes études pourquoi cette envie, et je répondais que c’était le fait de sortir de ma zone de confort, de pouvoir montrer au monde ce qui se passe dans ces pays, pouvoir voyager, rencontrer des nouvelles personnes et de nouvelles cultures, pouvoir servir à quelque chose. Tout cela est vrai, mais personnellement je sais qu’il y a quelque chose en plus qui me pousse à absolument vouloir être reporter de conflit mais je ne saurais l’expliquer. Cette envie est peut-être poussée par mon inconscient dû à mon passé et au passé de ma famille. En effet j’ai souvent entendu ma mère parler non seulement de voyages et de contrées lointaines mais aussi d’expériences de guerre. Certains de mes ancêtres ont longtemps vécu au Vietnam, où mon grand-père y a fait la guerre. Dans le salon familial il y a des bibelots de différents pays, certains asiatiques.

J’apprends énormément sur le métier de journaliste et l’envie de devenir reporter s’intensifie.

D’autre part j’ai été adoptée à l’âge de 4 ans en même temps que mon frère. Ma mère, qui est restée 8 semaines sur place, nous a souvent raconté l’ambiance très particulière d’Haïti à cette période, en 2003 : révolution, couvre-feu, tirs, famine, présence de l’ONU etc. Ce mode de vie et ces souvenirs anciens mais présents me donne sans doute l’envie de témoigner des conflits actuels et des souffrances du monde. De toute façon, j’ai toujours eu l’envie d’aider et de me tourner vers les autres. J’ai d’ailleurs passé de longues années dans le scoutisme, gérant des groupes et organisant des camps. Cela dit, je suis malgré tout une fille de 20 ans avec les goûts d’une fille de mon âge, j’aime la mode, les sorties entre amis, le cinéma et la culture et tout particulièrement la musique. J’ai vraiment souhaité faire ma 3ème année d’études au Royaume Uni, j’ai adoré les quelques mois passés à Londres, que j’ai quitté trop tôt. J’ai la tête pleine d’envie de voyages et de découvertes.

Maude Cavat

Feel the world Previous post Feel the world